Connaissez-vous Terry Pratchett ?

Publié le par Messhugah

 

 

 

     Sur le dos de la Grande A'Tuin, la tortue interstellaire qui nage dans le néant vers le But Ultime ( la seule créature de tout l'univers à savoir précisément où elle va... ), se tiennent quatre éléphants géants sur les épaules desquels repose le Disque-Monde... « Un petit soleil et une petite lune gravitent autour d'eux, sur une orbite biscornue afin de générer des saisons, si bien que nulle part ailleurs dans le Multivers, sûrement, un éléphant n'est parfois obligé de lever la patte pour laisser passer l'astre du jour... »

     Cette construction bancale est probablement l'oeuvre d'un Créateur farfelu qui aimait les châteaux de cartes et voulait faire dans l'original. Il avait peut-être aussi un peu bu ... Selon Le Vade-Mecum ( la Bible des amateurs de Terry Pratchett ), le Créateur en question est un « petit homme à face de rat et à la voix légèrement accablée faite pour geindre. Il a créé le Disque-Monde pendant la construction de l'univers principal et il avait manifestement un budget à respecter... »

 

     Une chose est sûre, lorsque Terry Pratchett prend sa plume pour dépeindre les aventures des habitants les plus intéressants du Disque (et celle des autres), il est inspiré par un autre génie créateur : celui de l'écriture.

 

 

Auteur d'Heroic-Fantasy-Burlesque,

on trouve dans ses romans tout ce qui fait de chaque histoire contée (avec brio) des chef-d'oeuvres...

 

 

 


 

 

 

Qui est Terry Pratchett ?

 

 

Terry pratchett actuellementTerence David John Pratchett, dit Terry Pratchett, est un écrivain britannique de génie, né le 28 avril 1948 à Beasconsfield (Buckinghamshire). Ses fans le surnomment souvent Pterry

 

La première oeuvre de Terry Pratchett était une nouvelle « The Hades Business », publiée dans le magazine de son école lorsqu'il avait 13 ans. Elle lui rapporta 14£ lorsqu'elle fut rééditée en 1961 dans le magazine  Science Fantasy”. Il publia ensuite « Night Dweller » en novembre 1965 dans le n°156 de  New Worlds”.

 

Après un an d'études supérieures en Art, Histoire et Anglais, il décida d'abandonner pour tenter sa chance dans le journalisme et, en 1965, il fut employé dans le journal local Bucks Free Press ” :  

« I started work one morning and saw my first body three hours later, on-the-job trainingmeaning something in those days. » (« J’ai commencé à travailler un matin et j'ai vu mon premier cadavre trois heures plus tard,“apprendre sur le tas”signifiaitquelque chose à l’époque. »...)

C'est au cours de cet emploi de journaliste qu'il fut envoyé interviewer Peter Bander Van Duren à propos d'un nouveau livre qu'il publiait. Van Duren était co-directeur d'une petite maison d'édition à Gerrards Cross (Buckinghamshire) : Colin Smythe Limited” . Pratchett vint à mentionner le fait que lui même avait écrit un roman, « Le Peuple du Tapis » (The Carpet People ). Le roman fut, bien sûr, publié.

 

A partir de 1987, quand il eut réalisé qu’il obtenait des revenus plusieurs fois supérieurs de ses publications  occasionnelles que de son travail aux relations publiques pour le “Central Electricity Generating Board (bureau pour l'énergie nucléaire), il publia bien plus souvent et écrivit typiquement deux livres par an... C'est toujours le cas aujoud'hui (même si beaucoup d'entre nous trouvent que ce n'est pas encore assez... ! )

 

Il reçut l’Ordre de l’Empire Britannique en 1988 pour services rendus à la littérature, ce qu'il commenta en   disant : « I suspect the services to literatureconsisted of refraining from trying to write any. » Je soupçonne que ces services rendus à la littérature ont consisté à me retenir d’en écrire... »).

 


Aujourd'hui, Terry Pratchett vit dans le Wiltshire (Angleterre) avec sa femme Lyn et cultive avec amour ses plantes carnivores ainsi que sa passion pour les canards en plastique jaune...

 

 

 

Pratchett en prof... et un canard (photo)          Pratchett--et-des-coincoins-.jpg     

 

 


 

Son Oeuvre :

 

Terry Pratchett est l'auteur de nombreux romans relatant les faits et gestes des habitants du Disque-Monde...

La série de romans des « Annales du Disque-monde » compte une quarantaine de volumes en anglais, dont 32 ont été traduits en fançais à ce jour. Toutes les traduction sont l'oeuvre de Patrick Couton, qui a reçu le prix spécial Imaginales 2002 pour son remarquable travail.

Les diverses illustrations qui accompagnent parfois les ouvrages sont, quant à elles, l'oeuvre des illustrateurs Josh Kirby et Paul Kidby (dont on mélange souvent les noms... !)

 

Les romans peuvent se ranger dans cinq catégories :  

 

Rincevent - Ces récits se concentrent autour du mage raté.

Les Sorcières - Ces histoires sont celles des sorcières du Royaume de Lancre.

La Mort  - Ces histoires parlent de La MORT, de ses compagnons et de sa famille.

Le Guet - Ces récit se concentrent autour des simili forces de polices d'Ankh-Morpork

Divers - Lorsque aucun des cas précédents ne s'applique (enfin, pas suffisament...)

 

Voici le nom (et la "catégorie" ) des ouvrages parrus à ce jour :

 

1.  La Huitième Couleur  (The colour of Magic) - [ Rincevent ]

2.  Le Huitième Sortilège (The light Fantastic) - [ Rincevent ]

3.  La Huitième Fille (Equal rites) - [ Les Sorcières ]

4.  Mortimer (Mort) - [ La Mort ]

5.  Sourcellerie (Sourcery) - [ Rincevent ]

6.  Trois Soeurcières (Wyrd Sisters) - [ Les Sorcières ]

7.  Pyramides (Pyramids) - [ Divers ]

8.  Au Guet ! (Guards ! ) - [ Le Guet ]

9.  Faust Eric (Eric) - [ Rincevent ]

10.  Les Zinzins d'Olive-Oued (Moving Pictures) - [ Divers ]      Extrait ici :

11.  Le Faucheur (Reaper Man) - [ La Mort ]               Extrait ici :

12.  Mécomptes de Fées (Witches Abroad) - [ Les Sorcières ]

13.  Les Petits Dieux (Small Gods) - [ Divers ]

14.  Nobliaux et Sorcières (Lords and ladies) - [ Les Sorcières ]

15.  Le Guet des Orfèvres (Men at Arms) - [ Le Guet ]

16.  Accroc du Roc (Soul Music) - [ La Mort ]

17.  Les Tribulations d'un Mage en Aurient (Interesting Times) - [ Rincevent ]

18.  Masquarade (Maskerade) - [ Les sorcières ]

19.  Pieds d'Argile (Feet of Clay) - [ Le Guet ]

20.  Le Père Porcher (Hogfather) - [ La Mort ]

21.  Va-t-en-guerre (Jingo) - [ Le Guet ]

22.  Le Dernier Continent (The Last Continent) - [ Rincevent ]

23.  Carpe Jugulum (Carpe Jugulum) - [ Les Sorcières ]

24.  Le Cinquième Eléphant (The Fifth Elephant) - [ Le Guet ]

25.  La Vérité (The Truth) - [ Divers ]

26.  Procrastination (Thief of Time) - [ Divers ]

27.  Le Dernier Héros (The Last Hero) - [ Rincevent ]

28.  Ronde de Nuit (Night Watch) - [ Le Guet ]            Extrait ici :

29.  Le Régiment Monstrueux (Monstruous Regiment) - [ Divers ]

30.  Timbré (Going Postal) - [ Divers ]

31.  Jeux de Nains (Thud !) - [ Le Guet ]

32.  Monayé (Making Money) - [ Divers ]

 

 


 

Extrait :

 

 

        Les rapports entre lUniversité et le Patricien, souverain absolu et dictateur presque bienveillant dAnkh-Morpork, étaient à la fois complexes et subtils.

       Selon les mages, en tant que serviteurs dune vérité plus élevée, eux-même nétaient pas soumis aux lois terrestres de la cité.

       Selon le Patricien, cétait effectivement le cas, mais ça ne les empêchait pas de payer leurs foutus impôts comme tout le monde.

      Selon les mages, en tant que partisans de la lumière de la sagesse, ils ne devaient allégeance à aucun mortel.

      Selon le Patricien, cétait peut-être vrai, mais ils devaient quand même un impôt local de deux cents piastres par tête et par an, payable tous les trimestres.

      Selon les mages, lUniversité reposait sur un terrain magique, elle était donc exempte de tout impôt, et puis on ne taxe pas le savoir.

      Selon le Patricien, si, on le taxe. Cétait deux cents piastres par tête ; si ça les gênait par tête, on pouvait en faire sauter quelques unes.

      Selon les mages, lUniversité navait jamais payé dimpôts à lautorité civile.

      Selon le Patricien, il ne comptait pas rester civil longtemps.

      Selon les mages, ils pourraient peut-être bénéficier de facilités de paiement.

      Selon le Patricien, c’était justement des facilités qu’il leur proposait. Ils n’aimeraient sûrement pas qu’il leur parle des difficultés.

      Selon les mages, il y avait eu un dirigeant dans le temps, oh, durant le siècle de la Libellule, peut-être bien, qui avait voulu dicter sa conduite à l’Université. Le Patricien pouvait venir jeter un coup d’œil au bonhomme si ça lui disait.

      Selon le Patricien, il le ferait. Sans faute.

 

           Finalement, il fut convenu que les mages ne paierait bien sûr pas d’impôts, mais qu’ils feraient une donation parfaitement spontanée de... oh, disons deux cents piastres par tête, sans parti pris, mutatis mutandis , sans conditions, à n’utiliser impérativement que dans des buts non militaires et respectueux de l’environnement.

          C’est cette interaction dynamique de blocs d’influence qui faisait d’Ankh-Morpork une ville si passionnante, stimulante, et surtout vachement dangeureuse où vivre.

 

 

Le FaucheurTerry Pratchett

 

 

 


Publié dans Culture

Commenter cet article